Des chatbots trop humains ? (Laurence Devillers) (bonus)

Robots, chatbots, assistants virtuels... Nous risquons de nous attacher exagérément aux "robots émotionnels" qui semblent de plus en plus humains. Par exemple, converser avec un proche décédé via une IA, est-ce une bonne idée ? La chercheuse Laurence Devillers alerte sur les risques de confusion émotionnelle et de "nudge" (influence inconsciente). Elle plaide pour une prise en compte de ce problème, à la fois, par les utilisateurs et par les concepteurs.