October 29, 2022
L'Hebdo #65 : Voiture du futur - Alexa fête ses 8 ans - Un collier connecté pour chiens

Dans cet épisode, découvrez ce que le CEA prépare en matière d'automobile pour le futur, les dernières évolution de l'assistant vocal Alexa et un collier pour détecter les maladies des chiens signé Invoxia. Et bien sûr... l'actu tech de la semaine.


L'ACTU DE LA SEMAINE

Elon Musk devient le boss de Twitter

Après sept mois de feuilleton, le milliardaire américain prend finalement pour de bon les commandes du réseau social. Dès son arrivée, il vire la direction et annonce ses intentions. Sait-il vraiment dans quoi il s'embarque ? 

Meta est-il en train de se noyer dans le metavers ?

Mark Zuckerberg peine à convaincre avec son projet de monde virtuel parallèle. 21 milliards de dollars ont été investis dans les recherches en réalité virtuelle mais les utilisateurs ne sont pas au rendez-vous et les investisseurs font plonger le cours de bourse.

France : un institut du métavers ?

Un rapport gouvernemental préconise de mobiliser les énergies autour du métavers et même de créer un institut du métavers sur le modèle de l'Ircam.

Interdiction de revendre un jeu vidéo dématérialisé

Une décision surprenante de la cour d'appel de Paris juge illégale la vente de jeux vidéo téléchargés pour des questions de droit d'auteur.

L'innovation de la semaine : de l'électricité par satellite

Incroyable innovation : un système de transfert d'électricité sans fil par ondes électromagnétiques pourrait permettre, un jour, d'alimenter en énergie n'importe quel coin du globe ( Emrod ).  

LES INTERVIEWS DE LA SEMAINE

Le CEA planche sur la voiture du futur

Mettre au point une voiture intelligente et non polluante pour le futur est un vrai défi technologique. De nombreux chercheurs dans le monde entier y travaillent, y compris dans des entreprises jusque là très éloignées de l'industrie automobile. C'est le cas du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA). 

🎙 Entretien exclusif avec Stéphane Siebert, Directeur de l'innovation technologique du CEA.

Alexa fête ses 8 ans

L'assistant vocal intelligent d'Amazon, pionnier des enceintes, a été lancé en 2014 (en 2018 en France). L'occasion de faire le point sur son adoption et sur son évolution. 

🎙 Interview de Clément Monjou, Amazon France.

Mini sondage 👉 Et vous, utilisez-vous un assistant vocal ? 

Un collier pour surveiller la santé des chiens

L'entreprise high-tech française Invoxia lance son smart dog collar , un collier bardé de capteur pour détecter les maladies cardiaques de chiens. 

🎙 Amélie Caudron, PDG Invoxia.

Vous pouvez écouter cette émission par chapitres sur Apple Podcast , Podcast Addict et MondeNumerique.info .

 


Cet épisode vous a plu ? Découvrez la série spéciale Vous allez tout comprendre consacrée aux technologies du quotidien.

Transcript

Sommaire

Bonjour, c'est Jérôme Colombain. Je suis ravi de vous retrouver pour L'Hebdo du Monde Numérique. Cette semaine, on va parler d'innovation dans l'automobile, alors que le Mondial de l'auto vient de s'achever. Rencontre exceptionnelle avec LE directeur de l'innovation du Commissariat à l'Energie Atomique qui planche sur la voiture du futur.

L'assistante vocale Alexa fête ses 8 ans. Ses 4 ans en France. Que s'est-il passé en 4 ans. Réponse, avec le responsable d'Alexa en France.

Côté innovation toujours, on va s'intéresser à un collier connecté pour chiens qui sert à détecter les maladies.

Bienvenue dans L'Hebdo #65

C'est parti pour l'actualité de la semaine.

 

Actu : Musk Twitter

L'actu tech de la semaine, c'est d'abord le rachat de Twitter par Elon Musk. Voilà, c'est fait. Après un interminable feuilleton repris en avril dernier, le milliardaire américain a désormais pris les clés du réseau social au petit oiseau bleu le 27 octobre. Montant de l'opération : 44 milliards de dollars. Et une entrée fraîche.

Immédiatement, Elon Musk s'est fendu de quelques tweets provocateurs dont il a le secret comme "l'oiseau a été libéré".

Et même une vidéo de lui transportant un lavabo pour illustrer un jeu de mots en anglais intraduisible en français. Si tôt entré dans la bergerie, le loup n'a pas tardé à sortir les crocs. Il a licencié plusieurs dirigeants, dont le PDG, Parag Agrawal. La question maintenant, c'est de savoir ce que le patron de Tesla et Space X va bien pouvoir faire de ce réseau social qui, malgré sa taille modeste, est devenu l'un des plus influents du monde.

Il a promis de le transformer en machine louable avec la publicité ciblée et aussi un système de paiement, comme le réseau social chinois à tout faire WeChat. Mais c'est surtout sur la question des contenus qu'on l'attend au tournant. Et là, on a un peu de mal à le suivre Elon Musk. D'un côté, il affirme qu'il veut faire de Twitter un véritable espace de liberté d'expression, car il estime que ce n'est pas le cas aujourd'hui.

Il annonce même que les comptes bannis seront réactivés. On pense immédiatement à Donald Trump.

 

D'un autre côté, il annonce qu'il veut en finir avec les propositions extrémistes et les faux comptes. Alors, comment va-t-il réussir ce grand écart ?

Va-t-il mettre en place une modération digne de ce nom, qui est quasiment inexistante aujourd'hui ? Va-t-il au contraire laisser Twitter sombrer dans ce qu'on appelle désormais le « populisme numérique ?

En fait, on se demande si Elon Musk comprend vraiment comment fonctionne un réseau social comme Twitter et s'il réalise là où il a mis les pieds.

Écoutez ce qu'en disait la chercheuse en sciences sociales, spécialiste des médias sociaux, Leïla Mörch, que j'avais interviewée pour Monde Numérique en avril dernier.

[Interview]

Voilà, c'est un point de vue. Vous pouvez retrouver cette interview intégrale de Leïla Mörch datant du 30 avril 2022, sur le fil de Monde Numérique.

Ironie de l'histoire : le jour où Musk a pris la tête de Twitter, le DSA, le règlement européen sur les services numériques, est également entré en vigueur. Le commissaire européen Thierry Breton s'est chargé de préciser que quoi que fasse Elon Musk, l'oiseau Twitter « volera, at-il dit, selon nos règles ».

 

Action : Meta

Le chiffre de la semaine c'est celui de la dégringolade du groupe Meta de Mark Zuckerberg qui semble bien avoir pas mal de difficultés avec son métavers.

21 milliards de dollars, c'est le montant englouti par le Reality Labs, cette division de Meta qui planche sur les metavers. Mais, hormis la présentation du nouveau casque Meta Quest Pro et de tout un tas de projets pour le futur en matière de réalité virtuelle, les métavers n'avancent pas beaucoup. La plateforme Horizon Worlds ne compte « que » 200 000 utilisateurs actifs mensuels. Après tout, Zuckerberg fait ce qu'il veut avec son argent. Mais le problème, c'est que cela rejaillit sur la santé financière et la boursière du groupe qui a littéralement plongé en bourse. L'action Meta s'est effondrée de 25%. Les investisseurs de Meta semblent toujours aussi sceptiques et ils ne suivent pas Mark Zuckerberg dans ses rêves de monde virtuel parallèle. Lui, de son côté, n'en démord pas, et assure que dans 10 ans l'histoire lui donnera raison.

 

Actu : Institut du métavers

En attendant, le métavers, ce n'est pas qu'une lubie de Mark Zuckerberg, c'est aussi un futur qui se rapproche. Et qui semble tellement s'approcher qu'un rapport très officiel vient d'être rendu au gouvernement sur le sujet.

Un rapport qui fait plusieurs constats et propositions.

D'abord, les auteurs encouragent les acteurs français, privés et publics, les entreprises du secteur et les instances étatiques, à se saisir du sujet pour ne pas passer à côté. Il s'agit à la fois de se préparer à la régulation de ce nouvel espace virtuel. Et puis aussi accompagné son développement.

Les rapporteurs ont notamment créé un institut de recherche et coordination du métavers, sur le modèle de l' Ircam (l'institut du son).

Ce serait à la fois « un laboratoire de recherche en informatique dédié aux arts immersifs, un lieu de coordination entre chercheurs et artistes pour la création d'œuvres immersives innovantes dans les métavers et un comptoir d'expertise pour toutes les institutions culturelles concernées ».

Source  : https://www.economie.gouv.fr/metavers-premier-grand-rapport-exploratoire

 

Actu : revente jeu vidéo

Pour terminer cette séquence actu, une décision de justice qui ne va pas faire plaisir aux gamers : revendre un jeu vidéo dématérialisé d'occasion est interdit. Ça l'était déjà et la Cour d'Appel de Paris vient de le confirmer le 21 octobre dernier. L'affaire fait suite à une action en justice de l'association. Que choisir contre la société Valve. L'organisation de consommateurs mène une bataille depuis 2015.

En première instance, le TGI de Paris avait donné raison à l'UFC Que Choisir. Estimant que les joueurs qui ne voulaient plus jouer à un jeu, même importé, pouvaient le revendre d'occasion comme un jeu classique sur céderom. Mais la cour d'appel a invalidé ce jugement.

Ce qui coince : ce sont les droits d'auteur. Selon les magistrats, les jeux vidéo ne sont pas de simples programmes informatiques. Ce sont aussi des œuvres de créateurs et donc, à ce titre, protégés contre la revente qui risque de les léser. Une décision qui, si elle fait jurisprudence, risque de sonner le verre du marché d'occasion du jeu vidéo dématérialisé. Sachant que les jeux en téléchargement dont une pratique de plus en plus courante.

 

L'inno de la semaine :

L'innovation de la semaine, c'est un projet un peu fou : envoyer de l'électricité, sans fil, par satellites. Une manière étonnante de fournir de l'énergie dans le futur. L'innovation vient d'une entreprise néo-zélandaise, baptisée Emrod, qui a mis au point une technologie de transmission d'électricité via des ondes électromagnétiques, proches du Wi-Fi. L'énergie est envoyée par une antenne spéciale. Réceptionnée par une autre. Des tests ont été réalisés avec des antennes carrées d'environ 2m de côté distantes de plusieurs dizaines de mètres.

Et ça marche !

L'idée est d'aller encore plus loin en développant un système capable d'envoyer l'électricité depuis des satellites situés dans l'espace à une centaine de km de la Terre. Il faut savoir que l'armée américaine travaille déjà sur ce genre dispositifs depuis plusieurs années.

A quoi cela pourrait-il servir ?

A deux choses. D'une part, à produire de l'électricité solaire dans l'espace à l'aide de panneaux solaires et à envoyer cette électricité sur Terre (il faut savoir que ça marche beaucoup mieux, car il n'y a pas d'atmosphère ). D'autre part, à transmettre de l'électricité d'un point à l'autre de la Terre très facilement. Par exemple, on produit de l'électricité solaire dans un désert gorgé de soleil et on l'envoie instantanément, en utilisant des satellites comme relais, à un autre coin du globe où il fait nuit. Pour alimenté des installations fixes ou des véhicules. Un système incroyable pour tenter d'atteindre les objectifs de zéro émission de carbone d'ici 2050. L'entreprise Emrod prévoit de commercialiser sa technologie à partir de 2024.

Source  : https://emrod.energy/press-release-emrod-successfully-demonstrates-power-beaming-technology-to-unlock-space-based-solar-power/

 

ITW : Voiture du futur

[Interview Stéphane Siebert]

 

ITW : Alexia

Alexa a 4 ans. 2018. 4 ans plus tôt aux États-Unis.

A cette occasion, Amazon France a publié un certain nombre de chiffres.

[Entretien Clément Monjou]

Et puis Amazon continue de tisser sa toile. Orange.

 

ITW : Invoxia

[Interview Amélie Caudron]

 

C'est fini. Merci de l'avoir attendu jusqu'au bout.

La semaine prochaine. N'hésitez pas à dire en commentaire ce que vous en pensez pour les autres utilisateurs qui passent par là. Dites pourquoi vous avez choisi d'écouter le podcast et s'il a répondu à vos attentes. Je vous salue.

A samedi prochain.

 

 

Amélie Caudron Profile Photo

Amélie Caudron

CEO at Invoxia

Stéphane Siebert Profile Photo

Stéphane Siebert

Directeur de l'innovation technologique du CEA

Clément Monjou Profile Photo

Clément Monjou

Responsable des Partenariats, Alexa International chez Amazon