August 13, 2022
Vous allez tout comprendre : la 5G : de la polémique à la réalité (série spéciale)

Disponible en France depuis 2020, la 5G poursuit son développement dans l'hexagone. Mais qu'est-ce que c'est exactement ? Pourquoi y'a-t-il "plusieurs 5G" ? A quoi ça sert ? Pourquoi une telle polémique à son lancement ? Tout l'été, Monde Numérique décrypte des technologies de notre quotidien. Bonne écoute !


En partenariat avec

La 5G (5ème génération de télécommunication mobile) est censée offrir un meilleur débit de connexion et une latence plus faible. Elle est aussi moins énergivore et permet une dématérialisation du réseau dans le cloud. Cette technologie s'appuie sur plusieurs plages de fréquences qui ne sont pas encore toutes déployées. Il reste aussi à moderniser le cœur du réseau avec la 5G autonome. Ces innovations doivent permettre de répondre aux usages toujours plus nombreux que la 4G ne pourra bientôt plus satisfaire. Avec la 5G, de nouvelles applications sont possibles, notamment pour les entreprises en matière de gestion des chaînes d'approvisionnement ou de robotique, explique Arnaud Vamparys d'Orange .Lors de son lancement, la 5G est devenue l'objet de vives polémiques. C'est la preuve, selon le scientifique Sébastien Point , d'une sorte de peur du progrès technologique.

   Avec : 

🔵 Arnaud Vamparys , vice-président d' Orange , directeur des réseaux mobiles. 

🔵 Sébastien Point, physicien membre de la Société Française de Radioprotection, spécialiste des rayonnements non ionisants, auteur de « La religion anti-ondes » (redif). 


Cet épisode vous a plu ? Découvrez la série spéciale Vous allez tout comprendre consacrée aux technologies du quotidien.

Transcript

Introduction

 

Envoyer des vidéos en très haute définition via son mobile, piloter des robots à distance, communiquer en réalité virtuelle. La 5G, la 5 ème génération de mobiles de télécommunications, fait désormais partie de nos vie. Elle est presque devenue banale. Pourtant, la 5G marque une étape dans l'évolution sans fin des télécommunications. Quelle est l'histoire de la 5G ? Comment fonctionne-t-elle ? Qu'apporte-t-elle exactement ? Quel est son avenir ? C'est ce dont nous allons parler dans cet épisode spécial du Monde Numérique. Et, je l'espère, « vous allez tout comprendre ».

 Cet épisode vous est proposé en partenariat avec Orange, qui a Monde Numérique pour vous aider à mieux comprendre la technologie choisie.

 Histoire et Technique

 

18 novembre 2020. L'ARCEP, l'Autorité administrative de régulation des télécoms, donne le coup d'envoi de la 5G en France. Elle autorise officiellement les 4 opérateurs à activer leurs premières antennes 5G. Dans les faits, il faudra attendre quelques jours de plus pour que ça démarre. D'abord, à Nice, Lyon, Montpellier, Reims, Marseille, Le Mans. Etc. Dans certains pays, comme la Corée du Sud, la Chine ou les Etats-Unis, c'est déjà une réalité depuis quelques temps. La 5G n'est pas une « invention » à proprement parler puisqu'il s'agit de l'évolution d'un standard. Celui des télécommunications mobiles. Une histoire qui a commencé 30 ans plus tôt...

Pour nous raconter l'histoire de la 5G, j'ai invité Arnaud Vamparys, Directeur des réseaux mobiles chez l'opérateur Orange.

[Interview Arnaud Vamparys]        

5G, 4G, GSM, UMTS, LTE.

 

L'histoire des télécommunications mobiles est une longue histoire de sigles et d'acronymes, derrière laquelle se cache des innovations technologiques, de la recherche scientifique et même des négociations internationales.

[Interview Arnaud Vamparys]

C'est ça qui s'amuse avec la 5G, comme avec toutes les technologies de communication, c'est qu'elle est partout mais on ne la voit pas. Elle est omniprésente et presque invisible. Une seule technique standard pour tous les pays. C'est la première fois que cela arrive. Mais cela n'a pas été simple et ça a même failli dérailler.

[Interview Arnaud Vamparys]

Les fréquences radio, c'est la clé de la 5G. Les fréquences sont des ressources rares et limitées. Ce sont des routes qui passent sur les communications, et chaque pays les répartit et les distribue comme il veut entre la radio, la télé, les communications militaires, etc.

La 5G a donc eu droit à 3 précieuses plages de fréquences, chèrement acquises aux enchères par les opérateurs. Sachant que, les lois de la physique étant ce qu'elles sont, chaque plage de fréquences a ses avantages et ses inconvénients. Ce n'est pas parce qu'une fréquence est plus élevée qu'on fait passer plus d'informations.

[Interview Arnaud Vamparys]

C'est compliqué ces histoires de fréquences. C'est un peu comme des ingrédients qu'on mélange pour faire des plats. C'est ainsi que pour commencer, les opérateurs ont mélangé des fréquences 4G avec des nouvelles fréquences pour faire de la 5G. En plus, aujourd'hui, de nouvelles fréquences s'ajoutent progressivement.    

[Interview Arnaud Vamparys]

Donc, en résumé : la 5G c'est grosso modo 3 types de fréquences :

  • 700 / 800 Mhz des fréquences basses qui portent loin mais n'offrent pas beaucoup de débit.
  • 3,5Ghz. Des hautes fréquences, avec un gros débit mais qui portent moins loin.
  • Et 26 Ghz, ne vient pas de parler A.Vamparys, des fréquences très hautes, dites millimétriques, qui permettent un super débit mais ne portent pas loin du tout traversent très mal les murs. Donc, ce n'est pas pour l'intérieur, ça doit servir dans certains lieux très produits comme les stades ou les gares.

Mettez tout ça dans un grand chaudron, remuez, vous avez de la 5G.

J'espère que vous avez pris des notes, y'a un interro à la fin de l'épisode.

La 5G a donc été mise en œuvre parce qu'on savait que la 4G allait arriver à saturation. Et oui, nous sommes de plus en plus nombreux à utiliser les réseaux mobiles et pour faire de plus en plus de choses. Cette évolution était programmée de longue date. Mais la 5G, ce sont aussi des innovations peu visibles mais importantes, comme des antennes plus intelligentes, capables de s'adapter à la demande en temps réel.

[Interview Arnaud Vamparys]

Ça c'est important : la consommation énergétique de la 5G. Elle est meilleure que celle de la 4G. On en reparlera. Le déploiement de la 5G se fait donc progressivement. On réutilise des antennes existantes qui sont modernisées. Sur l'installation de nouvelles antennes. Et puis, en amont des antennes, il y a le réseau télécom lui-même, ce qu'on appelle le cœur de réseau ce qu'on appelle avant des télécoms concernés, qui sont aujourd'hui des centres serveurs. Eux aussi vont être modernisés. Pour une nouvelle 5G. Une 5G de deuxième génération, en quelque sorte, qui doit voir le jour en 2023.

[Interview Arnaud Vamparys]

Pour l'instant, quand on utilise la 5G au quotidien avec son smartphone, il faut bien avouer qu'on ne voit pas beaucoup de différence. Ça va vite mais ça allait déjà vite en 4G. Comme prévu, la 5G ne change pas grand-chose pour le grand public. On comprend que les améliorations sont surtout pour les opérateurs eux-mêmes. Alors avec le Stand Alone et les 26 Ghz, qu'est-ce que ça va changer pour les utilisateurs ?

[Interview Arnaud Vamparys]

Ah oui, en gros, il va être possible de couper la 5G en tranches pour réserver certaines parties du gâteau à certaines utilisations. Par exemple, des objets connectés critiques ou des services d'urgence. La promesse commerciale mise en avant depuis le début par les opérateurs, c'était : plus de débit et moins de latence. C'est-à-dire plus de gens connectés et des temps de réponse accélérés. Un nouveau système 10 à 100 fois plus rapide que l'actuelle 4G.

Applications

 

En termes d'applications, pour les clients, faut-il s'attendre vraiment à des innovations ? Arnaud Vamparys.

[Interview Arnaud Vamparys]

Au début de la 5G, on a beaucoup parlé d'opérations chirurgicales à distance, bon ce n'est pas encore très courant mais ça arrive. Il y a aussi tout ce qui touche aux objets connectés et aux robots. La 5G permet par exemple de piloter des robots pour nettoyer des pipelines ou pour ramasser les détritus dans les ports. Des choses impossibles à faire en 4G, car ce n'est pas assez réactif. Mais ce n'est pas tout. D'autres applications sont en train de se développer.

[Interview Arnaud Vamparys]

La polémique

 

Il faut revenir un peu sur ce qui s'est passé en 2020 au moment du lancement de la 5G. L'arrivée de cette technologie a été marquée par une levée assez importante de boucliers de la part d'associations et même de certains responsables politiques, pour des motifs variés.

  • Risques supposés de la 5G sur la santé.
  • Risques d'augmentation de la surveillance des individus.
  • Poids environnemental, aussi.

Des maires écologistes ont donc tenté de s'opposer au déploiement de la 5G. Ce qui était au départ une simple amélioration technologique est devenu un sujet de polémique. Un sujet politique, auquel s'est même ajouté des théories complotistes, comme l'effet supposé des antennes sur le bétail, etc. Maintenant que l'orage est passé, avec un peu reculé, on comprend que la 5G a surtout servi d 'exutoire à toutes sortes de craintes, de fantasmes et d'idéologies comme d'autres technologies antérieures, telles que le compteur Linky, le Wifi en ville ou même, 10 ans plus tôt, la 4G ; la 5G a cristallisé les revendications, parfois pour des raisons politiciennes. La 5G est devenue un totem, pour certains un symbole de la société de consommation hyperconnectée, à combattre pour cette raison.

Alors, tout cela ne traduit-il pas, une certaine peur du progrès technologique ? C'est la question que j'avais posée en février 2022, dans Monde Numérique, à Sébastien Point . Médecin, Membre de la société française de radioprotection, spécialiste des rayonnements non ionisants et Auteur d'un livre intitulé «  La religion anti-ondes  ».

[Interview Sébastien Point]

C'est ce qu'on appelle le néo-luddisme, dans un contexte en plus de crainte pour l'avenir.

Effet sur la santé

 

Pour revenir un peu plus en détail sur la question des effets hypothétiques de la 5G sur la santé. Sébastien Point, expliquait en détail, pourquoi il n'y a pas lieu de s'inquiéter face à la 5G. Il bat en brèche notamment les arguments concernant un soi-disant, manque de recul par rapport aux technologies 5G.

[Interview Sébastien Point]

Enfin, selon Sébastien Point, il n'y a pas lieu d'avoir peur de l'effet des ondes électromagnétiques pour la simple et bonne raison que la réglementation encadre sévèrement cette technologie.

[Interview Sébastien Point]

L'aspect environnemental

 

Autre argument brandi contre la 5G : l'environnement. D'abord, parce que l'avènement de la 5G implique le remplacement progressif de nos téléphones mobiles au profit d'appareils compatibles 5G et donc la production de millions d'appareils bourrés de terres rares et de métaux précieux. Sauf que le remplacement des mobiles est un phénomène permanent. Qui s'est d'ailleurs accéléré. Les consommateurs gardent désormais leurs appareils plusieurs années avant d'en changer. Et puis le recyclage des téléphones usagés pour en faire des neufs ne cesse de progresser.

Autre argument : on a accusé la 5G d'être plus énergivore que la 4G.

En réalité, sauf à considérer que si le trafic augmente, la consommation énergétique augmentée, les équipements et les opérateurs ont toujours expliqué que, au contraire, les équipements 5G consomment moins d'énergie que leurs prédécesseurs 4G vieillissants.

[Interview Sébastien Point]

Enfin, à ce sujet, il faut prendre en compte les réductions de CO2 que la 5G est censée permettre grâce à la modernisation de l'industrie, des transports, des chaînes d'approvisionnement, etc. Évidemment, il faudra quelques années pour voir si cette promesse est tenue. Enfin, la bonne nouvelle, c'est que la 5G va permettre de supprimer les technologies anciennes comme la 2G et la 3G, et donc de faire baisser le poids environnemental des réseaux. Ça a déjà commencé aux États-Unis, ce sera le cas en France à partir de 2025.

Futur

 

Le futur de la 5G. Et bien ce sera tout naturellement la 6G. Elle est déjà dans les tuyaux. Même s'il n'est pas prévu qu'elle voit le jour avant 2030. Avec une transition depuis la 5G sans doute bien plus douce, selon Arnaud Vamparys.

[Interview Arnaud Vamparys]

Ce n'est pas tout, avant la 6G, la 5G pourrait aussi être estimée dans les années à venir grâce au satellite. De la 5G dans les étoiles. A ne pas confondre avec les systèmes satellitaires Starlink ou NordNet. Là, il s'agirait de communiquer via les satellites directement avec un smartphone. Le but : améliorer la couverture du réseau.

[Interview Arnaud Vamparys]

Enfin, la 6G pourrait s'envoler vers la Lune. Ce n'est pas de la science-fiction. Il s'agit de répondre aux besoins liés à l'installation dans le futur de bases lunaires.

[Interview Arnaud Vamparys]

Merci d'avoir écouté cet épisode spécial du Monde Numérique, en partenariat avec Orange. Réalisation signée Thomas Lenglain.

Retrouvez tous les autres épisodes de cette série spéciale « Vous allez tout comprendre » en vous abonnant au podcast Monde Numérique, si ce n'est pas déjà fait. Notez et commentez Monde Numérique sur les plateformes de podcast. Parlez-en à vos amis. Et on se retrouve également sur le site MondeNumérique.info.

 

Sébastien Point Profile Photo

Sébastien Point

Physicien | Spécialiste des rayonnements non ionisants

Docteur en physique. Ingénieur en optique. Master en énergétique. Licencié en psychopathologies.

Président de la section Rayonnements non ionisants de la Société française de radioprotection.

Auteur de : « La religion anti-ondes - comment médias et associations ont fabriqué les électrosensibles »

Arnaud Vamparys Profile Photo

Arnaud Vamparys

Vice-président d'Orange | Directeur des réseaux mobiles